Source : https://www.laprovence.com/article/actualites/1039550/proces-payet-la-defense-plaide-la-necessite-de-lindulgence.html

Dans le box, des accusés qui, peu ou prou, reconnaissent tout. Bref, un procès en forme de promenade de santé pour ce marathonien des assises. “Mais vous avez tiré sur la corde, vous êtes allé chercher le malheur, fustige l’avocat. Vous croyez qu’à l’infini on peut noircir des gens comme ça ?” Les lourdes réquisitions de la veille ont du mal à passer dans les rangs serrés de la défense.

Aux deux ans de prison réclamés à l’encontre des trois membres du commando qui avaient finalement renoncé, les avocats ont répondu en plaidant l’acquittement. “On vous demande de condamner un type qui a pensé à commettre une infraction mais, finalement, s’est désisté. Il a réussi à faire la distinction entre le bien et le mal et on le punit ? Mais qu’est-ce qu’il va comprendre Gérard Hebert ?”, s’inquiète Me Fabrice Trolliet.

Pour les autres, les peines réclamées iront jusqu’à 15 ans de réclusion criminelle. “Avec de telles réquisitions, on les enterre vivants !”, tempête Me Dupond-Moretti, en rappelant que Ferrara avait écopé de 12 ans de prison pour “l’évasion la plus violente de ces dix dernières années”. 64 impacts sur un mirador !

Un coup, quel qu’il soit, fera l’affaire. Ce sera “l’arrachage” de Payet. Et aujourd’hui, le retour à la case prison. “Au coeur d’une décision de justice, il faut une dimension d’humanité, insiste Me Ospital. La répression doit trouver sa limite dans la souffrance des gens.”

“Il n’y a certes pas eu de violences inutiles, avait concédé, la veille, l’avocat général. Mais de là à parler d’un braquage sans violence…” … “La violence judiciaire est une autre forme de violence”, lui a vertement rétorqué hier Me Dupond-Moretti.

Et de poursuivre, cinglant : “Vous pouvez dire ce que vous voulez, mais cette histoire est une histoire d’amitié. Vous, vous trouvez que c’est crapuleux. Moi, je trouve que ça a de l’allure. Pour une fois, le malheur n’était pas au rendez-vous.” Le verdict est attendu aujourd’hui, après les plaidoiries en faveur de Farid Ouassou et de Pascal Payet.